La traînée, une amie fidèle
 
Alors que les pilotes cherchent par tous les moyens à gagner de la vitesse en diminuant la traînée, je vais essayer de vous prouver que cette force, qui va à l’encontre des performances peut vous aider.
Commençons avec une petite définition :

Derrière tout objet qui se déplace, il y a une force qui s’oppose à son déplacement : LA TRAÎNEE. Cette  force est plus ou moins importante selon le Cx du dit objet. Le Cx est un coefficient qui détermine la force de traînée. Plus il est élevé, plus la traînée est importante.
 
cx trainee aerodynamique

Un petit rappel maintenant sur les différentes traînées :
1.LA TRAINEE DE FORME

Elle dépend de la forme de l’objet, comme son nom l’indique. Elle est la résultante de la traînée de pression et de la traînée de frottement. 
La traînée de pression est le déficit qui résulte de la surpression devant l’objet et de la dépression qui le suit.

     
trainee de frottement
     
2.LA TRAINEE DE FROTTEMENT 
La traînée de frottement est celle qui existe entre deux objets l’un sur l’autre. Dans le cas d’une aile, il s’agit du frottement des molécules d’air sur la voile.
     
trainée de frottement
     

3.LA TRAINEE INDUITE
Derrière une aile (un profil aérodynamique), une multitude de petits ‘tourbillons’, ou vortex, se créent. Ces tourbillons proviennent d'une surpression de l'intrados et d'une dépression de l'extrados.

     
trainée induite
     

Stabilité et instabilité : 

Depuis quelques années on entend trop souvent parler d’instabilité spirale. Mais qu’est-ce exactement que l’instabilité ou la stabilité spirale ?
Lorsqu’on met une aile en virage ‘engagé’ et que l’on remet les mains et la sellette au neutre, l’aile peut réagir de trois manières différentes :
Stabilité : elle revient naturellement au vol droit 
Neutralité : elle reste en virage 
Instabilité : elle accentue son virage
A mon humble avis c’est un peu exagéré que de dire qu’un parapente est instable en spirale. En revanche, il est probable que certains modèles soient neutre spirale, c'est-à-dire qu’ils restent en virage si le pilote se remet en position de neutralité en virage. Dans certains cas, les conséquences peuvent et ont déjà été dramatiques.

De plus il faut intégrer deux paramètres physiologiques importants :

  • Une spirale engagée soumet le pilote à une force centrifuge importante. Les ‘G’ pris lors d’une telle manœuvre peuvent dépasser la tolérance du pilote. Les signes avant-coureurs sont une vision qui se rétrécit et la disparition des couleurs (vous voyez en noir et blanc)…
  • Le pilote tourne à une vitesse où le vent couvre tous les sons alentours. Dans le cas d'un exercice sous contrôle radio, l'élève peut ne plus entendre le moniteur. 
     

Revenons donc au titre de l’article, ou en quoi la traînée peut-elle vous sauver ?
La sortie d’une spirale engagée est très technique, dans la mesure où le pilote a accumulé une grande quantité d’énergie. Une aile ne peut dissiper cette énergie que de deux manières :

  1. En remontant
  2. Dans la traînée

Dans le premier cas, le pilote devra se préparer à contrer une attaque oblique (abattée dissymétrique) plus ou moins importante, même s’il sort de la spirale en plus d’un tour.
Dans le deuxième cas en revanche, si la traînée absorbe l’énergie, l’aile se remettra d’elle-même en vol droit.
Alors comment faire ? 
Il suffit de descendre la main extérieure au niveau de la main intérieure. Une fois que les deux mains sont au même niveau, vous continuez à baisser les deux mains symétriquement jusqu’au taux de chute mini de votre aile. 
Une fois l’aile en vol droit, il vous suffit de rendre progressivement la vitesse à votre aile.
Le tour est joué… Tous les pilotes qui posent en ‘3-6’ le savent.

     
Bons vols à tous
Soyez prudent
 
Schémas : O. Caldara
     
Ecrit par Laurent Van Hille
www.leschoucas.com

Version PDF