10 erreurs à ne pas faire
 

Comme chaque année, à la même époque, la fréquentation des sites augmente sensiblement. La population des pilotes passe du petit groupe de copains à une horde de pilotes itinérants.
Si bon nombre de ces pilotes volent bien, d’autres ont encore des progrès à faire. On voit de tout et surtout n’importe quoi. Et pour corriger un défaut, il faut déjà le connaître.

Voici un petit listing de quelques défauts récurrents que l’on peut observer régulièrement sur les sites, au décollage ou à l’atterrissage. S'il n'aide ne fusse qu'une personne, alors cet article n'aura pas été écrit pour rien.

 

Parapente Niviuk fermeture

   
1. Voler hors des ses créneaux de vol

A chacun son niveau. Décoller à 13 h 00 entre les premières rafales qui précèdent les conditions fortes de l’après-midi est une erreur ‘de base’. Vous êtes en vacances, vous voulez profiter au maximum de celles-ci pour voler. Pour autant ce n’est pas une raison pour défier les conditions aérologiques.
Comme le dit l’adage : ‘mieux vaut regretter d’être au sol que regretter d’être en l’air… ou d’y avoir été’
Demandez aux moniteurs, biplaceurs ou pilotes du coin. Ils connaissent les conditions et leurs évolutions. Prenez un bouquin sur la météo pour patienter au déco.

 
     

Parapente gonflage

  2. Tracter la voile au décollage par vent fort

Le vent est un élément invisible et difficilement mesurable. Plus sa vitesse sera grande, plus la RFA qu’il créera sur votre voile sera importante. Or on voit encore de très nombreux pilotes gonfler leur aile dans 25 km/h de vent comme s’il n’y en avait pas. La voile ne monte pas plus vite au dessus de leur tête, mais son effet spi est des plus redoutable. N’ayez pas peur de gonfler en marchant, puis allez vers la voile afin de diminuer la RFA.
Et si vous gonflez systématiquement dos à la voile… Apprenez le gonflage face voile.

   
  3. Ne pas faire de contrôle visuel… du tout

Ca ne sert pas à rien. Nul n’est parfait, surtout lors de la prévol. Apprenez à temporiser votre aile au dessus de la tête et jetez un regard ciculaire d’un stabilo à l’autre afin de vérifier sa volabilité. Ne regardez pas les suspentes, mais les déformations de l’intrados, qui sont plus faciles à voir d’un coup d’œil rapide.

     
4. Faire un retour à la pente à cause d’une ridicule petite cravate ou d’une clé microscopique

Combien de pilotes décollent sans voir la petite clé dans les suspentes. Lors des premières dizaines de mètres, la voile vole droit, sans la moindre déviation. Mais lorsque le pilote découvre avec horreur la petite déformation sur l’intrados de sa voile, plus rien ne vole droit. Il agite désespérément le frein du côté fermé, ne regarde plus son cap et cherche à revenir au plus vite vers la planète terre.
NON !!! Concentrez-vous sur votre cap en usant le plus possible de la sellette. La voile volait au décollage, il n’y a pas de raison qu’elle s’arrête subitement de voler. Pas nécessaire de poursuivre votre vol durant des heures, mais vous devriez pouvoir voler jusqu’à un terrain posable sans faire de retour à la pente. N’agissez pas sur votre aile avant de vous être éloigné du sol, de sorte que si un incident (parachutale ou amorce de décrochage) venait à arriver, vous ayez le temps de faire revoler l’aile.

  Parapente-Passy
     
parapente décollage   5. Sauter dans la sellette

Combien de pilotes devraient retourner en pente école pour finaliser ce détail. Les deux pas qu’on ne fait pas par paresse et qui peuvent coûter deux vertèbres lombaires.
Eh bien non, ce n’est pas de la paresse. C’est une mauvaise habitude qui trouve son origine dans la position de gonflage. Le buste doit être penché en avant (épaules devant la ligne des élévateurs), de sorte qu’il charge la ventrale. Cette position a pour avantage de pouvoir donner de la vitesse à la voile par le poids. Mais aussi et surtout à ne pas déséquilibrer le pilote vers l’arrière lorsque la voile commence à porter.

   
  6. Lâcher les commandes, à peine décollé pour s’installer correctement dans la sellette

Chez certains pilotes, on dirait que c’est une question de survie, comme s’ils étaient suspendus par les bras.
Avant de s’installer, on prend un cap et on se met en sécurité. Car non  seulement on ne pilote pas durant cette phase de recherche de confort (risque de fermeture), mais pire, on peut tourner d’un côté ou de l’autre. Et comme les pilotes qui ont ce défaut regardent souvent leur sellette au lieu de regarder devant eux lorsqu’ils s’installent, les risques sont d’autant plus grand de croiser le chemin d’un autre aéronef ou de se reposer vent arrière 200 mètres à côté du décollage.

     
7. Voler mains aux côtes parce que c’est turbulent

Nous sommes tous d’accord pour dire que lorsque les conditions sont turbulentes, il est nécessaire de tenir un peu la voile aux freins. Mais il ne faut pas exagérer non plus. Une voile trop freinée vole mal et son instabilité en roulis augmente.
Lorsque l’air n’est pas laminaire, les variations d’incidences sur l’aile peuvent être importantes. En vous rapprochant des vitesses de décrochage vous prenez un risque plus grand que celui de fermer.

  ITV parapente Jedi
   
8. Résoudre une fermeture en pompant du côté fermé

Avec les ailes modernes (je ne parle pas des ailes de course), les problèmes de fermeture sont rares et se résolvent vite.
Mais donner des petits coups de commandes du côté fermé de l’aile ne change rien.
Priorité au cap !!! Souvenez-vous toujours de ça. Une aile, même fermée est toujours pilotable. Chargez la partie ouverte de l’aile. Si ce n’est pas suffisant, ajoutez un  peu de frein. Une fois que vous êtes loin du relief, sur une trajectoire rectiligne, alors regardez l’origine du problème.
Essayez calmement de tirer sur les suspentes incriminées. Si le problème vous paraît insoluble, allez vous poser sur un terrain dégagé et sécurit.

 
     
parapente biplace takoo   9. Faire 4 tours de freins avant l’arrondi final.

C’est un peu exagéré ? Non, je viens de le voir pas plus tard que la semaine dernière. Et ça s’est fini par un décro à 40 cm/sol au lieu d’un bel arrondi final.
Les ailes sont prévues pour voler sans tour de frein… ni au déco, ni à l’atterro. Apprenez plutôt à finir vos freinages bras tendus vers le sol, plutôt que de faire des tours de freins.
Et ne croyez pas que seul quelques pilotes égarés ont ce mauvais réflexe. Des biplaceurs le font aussi. Un tour c’est courant, mais d’avantage ne sert à rien.

   
  10. Faire un arrondi final en pompant sur les freins comme un oiseau bat des ailes.

‘Pomper’ c’est donner des coups de commandes. Et des coups de commandes, ça désorganise le filet d’air. Donc c’est aérodynamiquement ‘nul’.
Apprenez à faire un palier. Entre 4 et 2 mètres du sol, faites une mise en palier en mettant les mains sous les épaules (5 cm de frein au bord de fuite). Puis finissez votre arrondi (mains sous les fesses) progressivement, lorsque vos pieds vont toucher le sol.

     
Ecrit par Laurent Van Hille
www.leschoucas.com

Version PDF